• Pre­mière lec­ture : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta mai­son » (Ac 16, 22–34)

    Lec­ture du livre des Actes des Apôtres En ces jours-là, dans la ville de Philippes, la foule se déchaî­na con­tre Paul et Silas. Les mag­is­trats ordon­nèrent de leur arracher les vête­ments pour leur don­ner la bas­ton­nade. Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en don­nant au geôli­er la con­signe de les sur­veiller de près. Pour appli­quer cette con­signe, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois. Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas pri­aient et chan­taient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient. Tout à coup, il y eut un vio­lent trem­ble­ment de terre, qui sec­oua les fon­da­tions de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent. Le geôli­er, tiré de son som­meil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croy­ant que les détenus s’étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se don­ner la mort. Mais Paul se mit à crier d’une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. » Ayant réclamé de la lumière, le geôli­er se pré­cipi­ta et, tout trem­blant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas. Puis il les emme­na dehors et leur deman­da : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? » Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta mai­son. » Ils lui annon­cèrent la parole du Seigneur, ain­si qu’à tous ceux qui vivaient dans sa mai­son. À l’heure même, en pleine nuit, le geôli­er les emme­na pour laver leurs plaies. Aus­sitôt, il reçut le bap­tême avec tous les siens. Puis il fit mon­ter chez lui Paul et Silas, il fit pré­par­er la table et, avec toute sa mai­son, il lais­sa débor­der sa joie de croire en Dieu. – Parole du Seigneur.

  • Psaume (137 (138), 1–2a, 2bc- 3, 7c- 8)

    Refrain psalmique : (cf. 137, 7c) Ta main droite me sauve, Seigneur. ou : Alléluia ! De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce : tu as enten­du les paroles de ma bouche. Je te chante en présence des anges, vers ton tem­ple sacré, je me prosterne. Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité, car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole. Le jour où tu répondis à mon appel, tu fis grandir en mon âme la force. Ta droite me rend vain­queur. Le Seigneur fait tout pour moi ! Seigneur, éter­nel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

  • Évangile : « Si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne vien­dra pas à vous » (Jn 16, 5–11)

    Accla­ma­tion : (cf. Jn 16, 7.13) Alléluia. Alléluia. Je vous enver­rai l’Esprit de vérité, dit le Seigneur ; il vous con­duira dans la vérité tout entière.Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Jean En ce temps-là, Jésus dis­ait à ses dis­ci­ples : « Je m’en vais main­tenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?” Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse rem­plit votre cœur. Pour­tant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne vien­dra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. Quand il vien­dra, il établi­ra la cul­pa­bil­ité du monde en matière de péché, de jus­tice et de juge­ment. En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de jus­tice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me ver­rez plus. En matière de juge­ment, puisque déjà le prince de ce monde est jugé. » – Accla­m­ons la Parole de Dieu.