• Pre­mière lec­ture : « Elle entr­era, la nation juste, qui se garde fidèle » (Is 26, 1–6)

    Lec­ture du livre du prophète Isaïe En ce jour-là, ce can­tique sera chan­té dans le pays de Juda : Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis pour sauve­g­arde muraille et avant-mur. Ouvrez les portes ! Elle entr­era, la nation juste, qui se garde fidèle. Immuable en ton des­sein, tu préserves la paix, la paix de qui s’appuie sur toi. Prenez appui sur le Seigneur, à jamais, sur lui, le Seigneur, le Roc éter­nel. Il a rabais­sé ceux qui siégeaient dans les hau­teurs, il a humil­ié la cité inac­ces­si­ble, l’a humil­iée jusqu’à terre, et lui a fait mor­dre la pous­sière. Elle sera foulée aux pieds, sous le pied des pau­vres, les pas des faibles. – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 117 (118), 1.8, 19–20, 21.25, 26)

    Refrain psalmique : (Ps 117, 26a) Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !ou Alléluia ! Ren­dez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éter­nel est son amour ! Mieux vaut s’appuyer sur le Seigneur que de compter sur les hommes ! Ouvrez-moi les portes de jus­tice : j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur. « C’est ici la porte du Seigneur : qu’ils entrent, les justes ! » Je te rends grâce car tu m’as exaucé : tu es pour moi le salut. Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la vic­toire ! Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient ! De la mai­son du Seigneur, nous vous bénissons !

  • Évangile : « Pour entr­er dans le roy­aume des Cieux, il faut faire la volon­té de mon Père » (Mt 7, 21.24–27)

    Accla­ma­tion : (Is 55, 6) Alléluia, Alléluia. Cherchez le Seigneur, tant qu’il se laisse trou­ver ; invo­quez-le, tant qu’il est proche ! Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu En ce temps-là, Jésus dis­ait à ses dis­ci­ples : « Ce n’est pas en me dis­ant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entr­era dans le roy­aume des Cieux, mais c’est en faisant la volon­té de mon Père qui est aux cieux. Ain­si, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pra­tique est com­pa­ra­ble à un homme prévoy­ant qui a con­stru­it sa mai­son sur le roc. La pluie est tombée, les tor­rents ont dévalé, les vents ont souf­flé et se sont abat­tus sur cette mai­son ; la mai­son ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les met­tre en pra­tique est com­pa­ra­ble à un homme insen­sé qui a con­stru­it sa mai­son sur le sable. La pluie est tombée, les tor­rents ont dévalé, les vents ont souf­flé, ils sont venus bat­tre cette mai­son ; la mai­son s’est écroulée, et son écroule­ment a été com­plet. » – Accla­m­ons la Parole de Dieu.